Jeux, compétences et détournement pédagogique, Marion Sourd, les Ateliers ludosophiques, France

Porteur du projet : Marion Sourd, co-fondatrice et directrice des Ateliers Ludosophiques

Equipe : Claire Siegel, Maître de conférences, responsables pédagogique de la filière Jeux vidéos, Université Paul Valéry, Montpellier /Robin Lamarche – Perrin, Associé du Game Lab de Sète / Régis Catinaud, docteur en épistémologie, histoire des sciences et techniques (Ateliers Ludosophiques) / Florian Cossart, doctorant, filière Jeux vidéo, Université Paul Valéry, Montpellier.

Organismes de recherche : Les Ateliers Ludosophiques (AL),la filière “Jeux Vidéo” (FJV) du laboratoire RIERA à l’Université Paul Valéry de Montpellier, GameLab de Sète (LGL).

Démarrage du projet : octobre 2020

Disciplines : psychologie, étude du jeu, sciences et techniques.

Portrait de Marion Sourd

Diplômée de Sciences Po Grenoble et titulaire d’un Master 2 en politiques publiques, Marion a fondé les Ateliers ludosophiques en septembre 2017 et en est la directrice. Association loi 1901, les Ateliers ludosophiques (AL) s’intéressent à la création d’outils ludiques pour la pédagogie et l’apprentissage.

Descriptif du projet de recherche

Le projet de recherche « Jeux, Comportements, et Détournement Pédagogique » (JCDP) vise à rendre compte des comportements et des compétences engagées par les joueurs dans une situation de jeu. Il a pour principal objectif de construire un cadre d’observation et des instruments de mesures pour rendre compte de cette activité avec des indicateurs pertinents selon le jeu étudié.

Cette chaîne “instrument – indicateur – compétence” que nous appelons dans le cadre de cette étude un “bloc d’observation” viendra alimenter une “boîte à outils” méthodologique qui pourra s’appliquer à une grande variété de situations de jeu, et notamment à des jeux existants sur le marché. 

La finalité espérée est que cette boîte à outils puisse, à terme, être utilisée dans le cadre d’autres recherches sur les jeux de plateau, ainsi que dans la conception de jeux ou dans la conception de séquences pédagogiques à partir de jeux existants.

Usage des jeux de société pour développer et maintenir les liens sociaux – Ariela Holanda, Federal Institute of Education, Science and Technology of Parana, Brésil

Porteur du projet : Ariela Holanda, Docteur en éducation comparative, Professeur, chercheur.

Equipe : Mauricio Iwama Takano, Professeur chercheur en ingénierie mécanique / Gustavo Iachel, Professeur, chercheur en physique de la Londrina State University du Brésil / Cassio Henrique dos Santos Amador, coordinateur de projet, spécialiste en électromagnétisme à l’université de Parana / Gabriel Ferreira Baptistone, étudiant en Master en science de l’éducation, Londrina State University du Brésil.

Organismes de recherche : Federal Institute of Education, Science et Technology of Parana, Brésil, Londrina State University (Brésil)

Démarrage : octobre 2020

Disciplines : psychologie éducative, ingénierie mécanique, physique

Portrait d’Ariela Holanda

Ariela Holanda est docteure en éducation comparative de l’université du Brésil depuis 2016. Ses centres d’intérêts vont donc de la psychologie éducative, à l’étude des jeux de société et des comportements liés aux jeux, aux relations entre jeux et autisme et à la théorie du jeu. Ariela est depuis 2018, professeur à l’Institut fédéral d’éducation, de science et de technologie de Parana, Londrina, Brésil.

Descriptif du projet de recherche

Les atmosphères éducationnelles exigent plusieurs habiletés des élèves, de la bonne performance dans les examens académiques jusqu’aux relations interpersonnelles. Selon une analyse comportementale, le contexte peut jouer un rôle important dans le développement et le maintien du comportement. Les jeux de plateau sont susceptibles d’offrir aux élèves l’opportunité d’avoir une interaction sociale et réelle; par conséquent, ces jeux peuvent offrir un bon contexte pour le développement des compétences sociales. Basé sur une approche comportementale, un instrument d’évaluation des habiletés sociales nommé Inventaire des Habiletés Sociales (SSI2-Del-Prette), a été élaboré et est désormais recommandé par le Conseil Fédéral de Psychologie. Le but de ce projet est d’étudier si les jeux de plateau, une fois insérés dans des contextes éducatifs, peuvent être associés au développement des compétences sociales. L’évaluation consiste à appliquer la SSI2-Del-Prette aux joueurs et à corréler les résultats avec les paramètres de performance des jeux de plateau (durée et fréquence) avec les joueurs respectifs et la mécanique des différents jeux. Il est prévu que différentes mécaniques de jeu soient plus étroitement liées aux compétences spécifiques.

Usage des jeux de société en intervention sur des personnes autistes, Liam Cross, Edge Hill University, UK.

Porteur du projet : Liam Cross, Maître de conférence, Edge Hill University

Equipe : Gray Atherton, Edge Hill University / Chelsea Slater, University of Wolverhampton / Darren Chadwick, University of Wolverhampton.

Organismes de recherche : Edge Hill University, University of Wolverhampton, UK.

Démarrage: octobre 2020

Discipline: psychologie

Portrait de Liam Cross

Liam Cross est docteur en psychologie de l’université de Leeds en psychologie depuis 2012. Sa thèse de doctorat était une enquête sur la façon dont le mouvement rythmique coordonné affecte le comportement social et la cognition.

Liam a occupé plusieurs postes de chercheur ou de maître de conférence dans plusieurs universités britanniques comme à Lancaster ou à Buckingham. Il occupe actuellement un poste de maître de conférence à l’Université Edge Hill et une position de chercheur associé à la Central European University de Budapest fondé par Georges Soros.

Descriptif du projet de recherche

Le but du projet de recherche est d’étudier si les jeux de société peuvent être utilisés comme un outil pour favoriser le développement social et cognitif chez les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA), en se concentrant spécifiquement sur la compréhension sociale, le plaisir et la prise de perspective, autrement connue sous le nom de théorie de l’esprit. Ce projet vise à déterminer si jouer à certains types de jeux de société pourrait représenter une intervention efficace pour développer une meilleure prise de perspective et des compétences sociales et communicatives chez les personnes atteintes de TSA.

Amélioration des fonctions exécutives des enfants menacés d’exclusion sociale grâce au jeu de société moderne – Jorge Moya, Higueras, Université de Lleida, Espagne.

Porteur du projet : Jorge Moya-Higueras, responsable d’investigation et coordinateur du projet, Université de Lleida, Espagne

Equipe : Veronica Estrada-Plana, post-doctorante à l’université de Lleida, Espagne / Jaume March-Llanes, statisticien et rédacteur du projet de recherche, Université de Lleida / Nuria Guzman-Sanjaume, psychologue, Université de Lleida / Sara Arias-Mateo, psychologue, Association de Redes, Madrid / Carlos Enjuanes, spécialiste des RH, manager du projet, attaché à l’université de Lleida.

Organismes de recherche : Université de Lleida, Association Redes, Madrid

Démarrage : octobre 2020

Discipline : psychologie

Portrait de Jorge Moya – Higueras

Jorge est titulaire d’un doctorat en psychologie. Il travaille au département psychologie et pédagogie de l’université de Lleida en Espagne. Il est l’investigateur principal et le coordinateur de ce projet de recherche.

Descriptif du projet de recherche

Les fonctions exécutives sont des processus essentiels pour le développement adéquat des enfants, en particulier pour ceux qui sont menacés d’exclusion sociale. L’objectif principal de la présente étude est de démontrer l’efficacité des jeux de société modernes pour améliorer les fonctions exécutives chez les enfants en risque d’exclusion sociale. Le groupe expérimental jouera et testera des jeux dépendants des fonctions exécutives pour gagner, tandis qu’un autre groupe “control” jouera à des jeux avec un faible contenu de fonctionnement exécutif. Trois associations (à Almeria [Afim21], à Madrid [Redes] et à Lleida [Prosec]) disposants toutes les trois d’expérience de travail avec des enfants menacés d’exclusion sociale, réaliseront les différentes interventions et tests. Ce projet sera donc une étude rigoureuse réalisée pour démontrer l’efficacité de l’entraînement cognitif basé sur les jeux de société modernes et de cartes.

Communication interculturelle à travers le jeu de société : l’usage du jeu de plateau “Songo” comme moyen de développement de la cohésion sociale et de l’identité communautaire au Cameroun – Rebecca Bayeck, Schomburg Center, USA.

Porteurs du projet : Rebecca Bayeck, Docteur en éducation comparative, chercheur à Schomburg Center for Research in Black Culture, New York et Sinfree Makoni, co-investigateur, linguistique appliqué et études africaines, PennState University

Organismes de recherche : Schomburg Center for Research in Black Culture, NYC et PennState University

Démarrage du projet : octobre 2020

Disciplines : ethnologie, histoire, archéologie

 Portrait de Rebecca Bayeck

Rebecca possède un double doctorat en étude et technologie du design et en éducation comparative. Elle est diplômée de l’université Penn State, USA. Sa recherche est avant tout pluridisciplinaire et touche à des matières comme les sciences de l’éducation, la technologie éducative, l’étude littéraire et le vaste champ interdisciplinaire des game studies.

Descriptif du projet de recherche : Des études archéologiques récentes sur le jeu de société montrent que ces derniers facilitent les interactions, particulièrement au-delà des frontières culturelles. Les jeux, en particulier de société, ont facilité les interactions entre les groupes humains au delà des états, des cultures et des frontières linguistiques (Crist, de Voogt & Dunn-Vaturi, 2016). Cependant, si les preuves archéologiques soutiennent cette idée, les preuves contemporaines restent encore anecdotiques.

Ce projet de recherche a pour but d’étudier le rôle facilitateur du jeu de société entre des cultures et ethnies au Cameroun, un pays comptant plus de 250 cultures ou unités linguistiques et un taux d’urbanisation élevé. Il interroge l’importance du « Songo » (une variante du Mancala https://fr.wikipedia.org/wiki/Mancala) dans la construction d’identités communautaires et dans le maintien de la cohésion sociale en milieu urbain au Cameroun.

Une combinaison de techniques ethnographiques seront utilisées (interviews, entretiens, enregistrements vidéos) ainsi que de multiples études de cas se concentrant sur différents groupes de joueurs de Songo afin de :

  • Mieux comprendre comment le Songo favorise le développement d’une identité communautaire parmi les groupes de culture et de langues diverses en milieu urbain.
  • D’interroger le potentiel du Songo pour créer et de maintenir une cohésion sociale.
  • D’explorer l’influence du Songo sur l’identité des joueurs et leur vie quotidienne.

Les résultats obtenus fourniront une base de travail pour le développement et la compréhension d’approches en matière d’identité communautaire, de cohésion sociale et de communication interculturelle pour des pays culturellement et linguistiquement divers.