“ Cultiver les communications interculturelles à travers le jeu de société : l’usage du jeu de plateau “Songo” comme moyen de développement de la cohésion sociale et de l’identité de la communauté au Cameroun “ par Rebecca Bayeck, Schomburg Center, New York, USA.

Porteurs du projet : Rebecca Bayeck, Docteur en éducation comparative, chercheur à Schomburg Center for Research in Black Culture, New York et Sinfree Makoni, co-investigateur, linguistique appliqué et études africaines, PennState University

Organismes de recherche : Schomburg Center for Research in Black Culture, NYC et PennState University

Démarrage du projet : octobre 2020

Disciplines : ethnologie, histoire, archéologie

 Portrait de Rebecca Bayeck

Rebecca possède un double doctorat en étude et technologie du design et en éducation comparative. Elle est diplômée de l’université Penn State, USA. Sa recherche est avant tout pluridisciplinaire et touche à des matières comme les sciences de l’éducation, la technologie éducative, l’étude littéraire et le vaste champ interdisciplinaire des game studies.

Descriptif du projet de recherche : Des études archéologiques récentes sur le jeu de société montrent que ces derniers facilitent les interactions, particulièrement au-delà des frontières culturelles. Les jeux, en particulier de société, ont facilité les interactions entre les groupes humains au delà des états, des cultures et des frontières linguistiques (Crist, de Voogt & Dunn-Vaturi, 2016). Cependant, si les preuves archéologiques soutiennent cette idée, les preuves contemporaines restent encore anecdotiques.

Ce projet de recherche a pour but d’étudier le rôle facilitateur du jeu de société entre des cultures et ethnies au Cameroun, un pays comptant plus de 250 cultures ou unités linguistiques et un taux d’urbanisation élevé. Il interroge l’importance du « Songo » (une variante du Mancala https://fr.wikipedia.org/wiki/Mancala) dans la construction d’identités communautaires et dans le maintien de la cohésion sociale en milieu urbain au Cameroun.

Une combinaison de techniques ethnographiques seront utilisées (interviews, entretiens, enregistrements vidéos) ainsi que de multiples études de cas se concentrant sur différents groupes de joueurs de Songo afin de :

  • Mieux comprendre comment le Songo favorise le développement d’une identité communautaire parmi les groupes de culture et de langues diverses en milieu urbain.
  • D’interroger le potentiel du Songo pour créer et de maintenir une cohésion sociale.
  • D’explorer l’influence du Songo sur l’identité des joueurs et leur vie quotidienne.

Les résultats obtenus fourniront une base de travail pour le développement et la compréhension d’approches en matière d’identité communautaire, de cohésion sociale et de communication interculturelle pour des pays culturellement et linguistiquement divers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *