Interview d’Anick Pelletier

Anick Pelletier

Quelle est la genèse du projet Game In Lab / CAB ?

Le projet JEuMTACOGITE est né de l’union de l’équipe de recherche LUBIN, ROSSI, LANÖE, auteures de Découvrir le cerveau à l’école, et de l’approche OptiFex crée par Anick Pelletier. Les deux approches unies permettent d’enseigner le cerveau aux élèves, de leur apprendre comment prendre soin de celui-ci, de leur enseigner des stratégies d’autocontrôle et de leur permettre de les entrainer en passant par des jeux de société spécifiques, minutieusement sélectionnés pour entrainer les divers processus que le cerveau requiert pour apprendre et agir en société. Un jour, nous nous sommes rencontrées et sommes rendues compte que nous étions arrivées aux mêmes conclusions, de leur côté en recherche et moi sur le terrain concrètement avec des élèves. Nous avons alors décidé d’unir nos forces et travaux!

Est-ce que vous pouvez nous parler de votre équipe qui vous accompagne sur ce projet ?

Porteurs de projet :

Moi, Anick Pelletier, fondatrice de la clinique Optineurones et de l’approche OptiFex, auteure du Guide des jeux de société pour apprendre en s’amusant et des jeux Dans ma valise et Slack Jack tous deux édités chez Gladius, conférencière et formatrice internationale.

Céline Lanoë et Amélie Lubin, Laboratoire de Psychologie Caen Normandie (LPCN EA7452), Université de Caen Normandie, France

Maitre de conférence, Professeurs et Chercheurs en neuroéducation

Partenaires de recherche :

Patrick Charland, Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC), Équipe de recherche en éducation scientifique et technologique (EREST), UQAM, Canada

Patrice Potvin, Équipe de recherche en éducation scientifique et technologique (EREST), UQAM, Canada

Sandrine Rossi, Laboratoire de Psychologie Caen Normandie (LPCN EA7452), Université de Caen Normandie, France

Quelles sont les résultats attendus de vos recherches ?

Nous espérons observer qu’il y a une amélioration des processus de contrôle exécutifs chez les élèves des classes Expérmentales TOUT et Contrôle JEU, qui seront exposés à des entrainements par le jeu spécifique, versus les élèves des classes Contrôle NEUTRE, qui suivront un cursus d’enseignement de 4e année du primaire régulier, sans stimulation.

Les prochaines étapes ?

Démarrer le projet de recherche JEuMETACOGTE dans les 12 classes de 4e année du primaire de 5 écoles du Québec, Canada, dès le mois de septembre 2019!

Quel message souhaitez-vous faire passer aux communautés scientifique et ludique ?

Je parle pour mon domaine. La pédagogie par le jeu est nettement bénéfique auprès des apprenants, lorsqu’elle est bien manœuvrée. Nous observons qualitativement des avancées extraordinaires au niveau des apprentissages et des comportements des élèves, de 3 ans à l’âge adulte, depuis 17 ans. Pourquoi ? La recherche serait un merveilleux moyen d’expliquer concrètement les causes de ces réussites ! Nous avons plusieurs besoins de recherche en regard à l’utilisation du jeu de société en apprentissage et comportement. Bienvenue à toutes ! 

Une devise pour conclure ?

Il ne faut jamais lâcher prise en rééducation. Nous arrivons toujours à surmonter les défis que nous offre le cerveau humain. C’est le temps qui diffère d’un cas à l’autre. Le jeu de société peut être un allié important pour y arriver. Il suffit de trouver LE jeu qui sollicite exactement le bon processus à rééduquer. Il faut allier patience et créativité pour donner une place de choix à ces jeux qui servent de médium à la rééducation. Patience et Passion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *