« Next Up on Your Twitch Stream: Chess? »

Voici pour nos chers lecteurs, un article de veille, résumé en français pour vous, issu de Medium, par Eric Ravenscraft. Comment un jeu classique comme les échecs peut-il devenir une discipline de l’esport ?

Pour découvrir l’article en intégralité : https://onezero.medium.com/next-up-on-your-twitch-stream-chess-c2d16819a0ec

En 1997, Gary Kasparov perdit une série de parties d’échecs face au supercalculateur d’IBM, Deep Blue. Les jeux ont marqué l’entrée du jeu de société classique dans l’ère du numérique au cours des deux décennies suivantes, d’innombrables sites web consacrés au jeu, à l’apprentissage et aux échecs ont éclos.

Le plus connu, Chess.com, est considéré comme le meilleur site dédié aux échecs. Ce site a pour but de transformer le jeu classique en esport. Il compte près de 30 millions de membres et 3 millions de joueurs actifs mensuellement. Chess.com est devenu incontournable pour les fans d’échecs occasionnels jusqu’au joueurs les plus passionnés. Que ce soit sur Iphone, sur Android on peut y jouer via l’application mobile. Erik Allebest, fondateur du site, qualifie les échecs d’excellent jeu et il réfléchit à les rendre encore plus attrayants pour la décennie à venir. La réponse semble se trouver dans un marché très compétitif et en plein essor : l’esport. D’ici 2020, ce marché en pleine croissance pourrait bien valoir un milliard de dollars. Le streaming des jeux de table commence aussi à s’intéresser les joueurs. Le streaming ne rime plus forcément avec jeu vidéo uniquement. Chess.com a su séduire un large public en transformant les échecs en un sport de spectateur, dans la même veine que le poker.

 En 2017, Chess.com a repris la United States Chess League, seule ligue nationale d’échecs du pays à cette époque, avant d’être nommée PRO Chess League. La ligue a commencé à accepter des équipes et des joueurs représentants des villes du monde entier. Ainsi, dès la première saison, la ligue comptait 48 équipes de 8 à 16 joueurs.  Chess.com exploite la plateforme Twitch.tv/chess et le hub Chess.tv. Ces deux outils ensemble agissent comme de véritables plaques tournantes pour les joueurs : “ Les joueurs sont en mesure de trouver une base de spectateurs dévoués à soutenir leur passion “ analyse Nick Barton, directeur des sports chez Chess.com. Chess.com offre les meilleurs divertissements liés aux échecs. Certains joueurs célèbres ont pu développer leur propre marque grâce à Chess.com car jouer sur la plateforme peut en effet apporter quelques milliers de téléspectateurs aux meilleurs joueurs.

Contrairement à de nombreux start-ups, Chess.com n’a jamais accepté  de capital-risque ou d’argent d’investissement et s’appuie principalement sur un modèle d’adhésion qui varie de 5 à 14 dollars par mois selon les fonctionnalités développées. Les annonces génèrent  plus de 30% des revenus du site selon Erik Allebest et la société gagnerait 10 millions de dollars par an.

Ce modèle allégé de société – n’ayant pas de siège et dépendant de télétravailleurs du monde entier – s’est avéré être un pari raisonné : “ Nous avons été rentables dès le début”  explique Allebest et Barton d’enchaîner que selon lui il ne faisait aucun doute que les échecs étaient l’avenir de l’esport. Et il ajoute : “ Combiner un jeu classique avec une industrie émergente comme l’esport est une recette de succès “.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *